Numérisation de cassettes de type U-Matic (Umatic) et BVU en SP ou non

et

 

Liste de prix pour le transfert de cassettes magnétiques. Le prix est calculé à la minute. Il faut cumuler toutes les durées des cassettes afin de connaître la tranche dans laquelle vous vous trouvez.

Prix pour le transfert de Cassettes Umatic, Umatic SD et BVU et BVU SP en DVD ou en Blu-Ray. Possibilité également de vous les sauvegarder au format Broadcast comme par exemple H264, MPEG 2, 4:2:2 ...

Bien entendu les transferts que nous vous rendons sont tous de la même qualité que vos originaux, voire supérieure, grâce à nos techniques de transfert qui sont plus qu’une simple copie d’un magnétoscope à un DVD. Nous utilisons, entre le magnétoscope et l’enregistrement au format DVD, 4 appareils TBC etc ... permettant d’augmenter la qualité, en plus des magnétoscopes professionnels que nous possédons.

sur DVD vidéo dans la limite maximale de 150 minutes pour un DVD

Le coût est lié à la durée avec un minimum forfaitaire (même si le film ne fait que 10 mn). Maximum 2h30 par DVD.


Remise de 10% pour 10 heures de films
Remise de + 20% pour plus de 20 heures de films on tombe a 12€ TTC l'heure de film

PS: On ne facture que le temps d'enregistrement réel et non pas la durée de la cassette.

Les prix comprennent aussi le support DVD, possibilité de générer des fichiers pour montage nous contacter.

Les cassettes U-Matic sont les premieres a avoir des problèmes de lectures. Illisible ou bien bande abrasive.
Nous avons pouvons récupérer les bandes qui commence a se détérioré. Cliquez ici pour plus d'informations.

Prix en VHS pour du HD

HD en VHS

 

Nous vous invitons à cliquer sur ce lien : <<SAUVER VOS FILMS>> pour la version html,
ou sur celui-ci : <<Recommandations_Video.pdf>> pour la version pdf à télécharger
pour vous informer de l'urgence de conserver vos films dans le temps.

Voici une des zones du laboratoire vidéo ou nous faisons le traitement vidéo --> http://www.filmsons.com/baies/baies_de_numerisations.html

Un peu d'historique sur ce format :

U-matic est un format de cassette vidéo d'abord montré par Sony avec le premier prototype en Octobre 1969, puis une introduction sur le marché en Septembre 1971. Il a été parmi les premiers formats vidéo à contenir une bande vidéo dans une cassette, par opposition aux différents formats bobine libre de l'époque. Contrairement à la plupart des autres formats à base de cassette, la fourniture et l'adoption de bobines dans la cassette a permis l’utilisation dans des « directions opposées » lors de la lecture, avance rapide et retour rapide: une bobine tournait dans le sens horaire alors que l'autre tournait dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Un mécanisme de verrouillage intégré à chaque cassette, avec des moyeux, sécurise les rubans pendant le transport en maintenant le ruban enroulé étroitement sur les moyeux. Lorsque la cassette est chargée dans le magnétoscope (VCR) ou le lecteur, le mécanisme relâche les moyeux, les moyeux permettent de laisser tourner. Une porte à ressort qui fait office de couvercle latéral protège la bande des dommages; lorsque la cassette est insérée dans le magnétoscope, la porte est libérée et est ouverte, permettant au mécanisme du magnétoscope d'enrouler la bande autour de la tête du tambour rotatif vidéo. Un enregistrement accidentel est empêché par la présence d'un bouton rouge en plastique muni d'un trou sur la surface inférieure de la bande. Supprimez le bouton et l’enregistrement peut se faire. Dans le cadre de son développement, en Mars 1970, Sony, Matsushita Electric Industrial Co. (Panasonic), Victor Co. of Japan (JVC), et cinq sociétés non japonaises se sont entendues sur l’unification des normes.

La bande vidéo fait ¾ pouces (1,9 cm) de large, de sorte que le format est souvent connu sous le nom «trois-quarts de pouce» ou simplement «trois quarts», la comparant à d'autres formats ouverts de bobine vidéo du même millésime (vintage), tels que les bandes en  1 pouce de Type  C et les bandes en 2 pouces  vidéo quadruplex ou quad.

U-matic a été nommé d'après la forme du chemin de la bande quand elle a été enroulée autour du tambour hélicoïdal de la tête vidéo, qui ressemblait à la lettre U. Betamax utilisait ce même type de "U-Chargement ".

Le nombre total de lignes de résolution horizontale potentiel pour la norme U-matic est de 280 lignes par hauteur d'image. La  Résolution verticale est la norme NTSC de 486 lignes de balayage visible, et la durée d'enregistrement est limitée à une heure.

U-matic est aussi disponible dans une taille en plus petite cassette, officiellement connue sous le nom U-Matic S. Tout comme VHS-C, U-Matic S a été conçu comme une version plus portable que le U-Matic, pour être utilisé dans les petites entreprises avec des enregistreurs de format S tel que le Sony VO-3800 (la première machine portative U-Matic S lancée par Sony en 1974), VO-4800, VO-6800, VO-8800, BVU-50, BVU-100 et BVU-150 (parmi d'autres de Sony, Panasonic, JVC et d'autres fabricants). Pour minimiser le poids et l'encombrement dans le domaine, les enregistreurs portables avaient une alimentation secteur externe, ou pouvaient être exploités à partir de batteries Ni-Cad rechargeables. Du point de vue du prix, la série VO a été orientée vers les domaines éducatif, public et industriel. De ce fait, elle n'offre pas la balance sur les connecteurs audio, et ne comprend généralement pas de code temporel SMPTE (même si une ou deux entreprises ont offert des services de modification après-vente pour installer du time code longitudinal). Le VO-3800 était fabriqué en grande partie en métal, ce qui rendait l'unité relativement lourde, mais toujours techniquement portable. Le VO-4800 a les mêmes fonctionnalités que la VO-3800, mais présente un poids considérablement réduit par la diminution de la taille, par le remplacement de nombreux composants en plastique. Le VO-8800 est le dernier de la série VO portable à être produit par Sony, et à utiliser le mode de bande à transport à commande électromagnétique. Le VO-6800 est le plus compact des enregistreurs portables VO. Il a également apporté l'amélioration d'une longue et fine batterie en standard qui permettait le stockage des batteries dans une poche de pantalon. Les numéros de modèle les plus communs pour ces batteries ont été NP-1, NP-1A et NP-1B.

La série Sony BVU a ajouté en longitudinal et vertical un code intervalle de temps SMPTE ou time code, une balance audio sur connecteurs XLR, et des fonctions de transport de bande plus robustes. Le BVU-50 autorisait l'enregistrement, mais pas la lecture, alors que le BVU-100 permettait l'enregistrement et la lecture. Les enregistreurs portatifs sont reliés à la caméra par un câble multi-conducteurs terminé par des connecteurs multi-broches à chaque extrémité. Le câble audio est réalisé en bi-directionnel, la vidéo, la synchronisation, la commande marche / arrêt d’enregistrement, et l'alimentation. Au début des studios d’enregistrements,  tous les magnétoscopes portables U-Matic avaient un mécanisme de type tiroir qui nécessitait d’insérer la bande et  ensuite de pousser pour entraîner la fermeture manuelle du tiroir.

La première génération de magnétoscopes U-matic étaient de grands dispositifs d'environ 76 cm de large et 61 cm de profondeur, et 30 cm de haut, exigeant des étagères spéciales, et était limité à des commandes mécaniques Record, Play, Rewind, Fast Forward, Stop et Pause. Les modèles les plus anciens arboraient des améliorations telles que l’insertion dans des châssis de taille pour rack 19 "EIA de montage, avec des glissières sur les racks pour le stockage, la mécanique de commande de solénoïde, bouton Jog / Shuttle, télécommandes, Vertical Interval Time Code (VITC), code temporel longitudinal, contrôles internes de montage «cut», la réduction du bruit "Slow-Motion", la lecture au ralenti, et le Dolby audio.

Les bandes S-format peuvent être lues dans les anciens lecteurs/enregistreurs U-Matic avec chargement par le dessus à l'aide d'un adaptateur (le KCA-1 de Sony) qui se place autour d'une bande S-format; les nouvelles machines à chargement frontal peuvent  accepter comme cela les bandes directement au format S. Les bandes ont une fente sur la face inférieure qui se déplace le long d'un onglet. Les bandes U-Matic S avaient une durée d'enregistrement maximale de 20 minutes, bien que certains fabricants de bandes telles que 3M aient sorti des bandes 30 minutes. Ce format a été le pont entre le U-Matic  et le S-format qui a inauguré le début des ENG, ou Nouvelles électroniques.

Certains magnétoscopes U-Matic pouvaient être contrôlés par les contrôleurs de montage externes, pour faire du montage comme le Sony RM-440 pour les systèmes de montage vidéo. Sony et d'autres fabricants tels que les sociétés Convergence, Calaway, CMX Systems et A / B Roll Systems, ont permis à deux ou plusieurs magnétoscopes d’être contrôlés et synchronisés pour faire du fondu de film et des effets de mouvement, l'intégration d’un générateur de caractères, des contrôleurs audio et vidéo numérique à effets vidéo.

Dans le début des années 1980, Sony a présenté le semi rétro-compatible haute-bande ou le format BVU (Broadcast Video U-matic), et "l'original" format U-matic est devenu connu sous le nom de la bande basse. Ce format haute-bande disposait d'un système d'enregistrement amélioré des couleurs et niveaux de bruit réduits. Le BVU acquit une immense popularité en ENG et en création de programme, ce qui signifait la fin du film 16mm dans la production de tous les jours. Au début des années 1990, Sony avec son format ½" Betacam SP avait presque remplacé BVU en dehors des programmes d'entreprise et des « budgets bas prix ». Sony a fait une retouche au BVU en améliorant encore le système d'enregistrement et en lui donnant le même suffixe « SP » comme pour le Betacam . Le format SP a une résolution horizontale de 330 lignes. La première génération BVU-SP et les enregistrements Beta-SP étaient difficiles à distinguer, mais malgré cela, il était écrit que le déclin était annoncé pour la famille U-matic, en raison de problèmes intrinsèques � ce format.

Un problème récurrent concernait la structure de la bande vidéo qui subissait des dommages causés par le frottement prolongé du tambour de tête rotatif en mode pause. Le tambour se frottait à l'oxyde de la bande et la bande présentait des rides; lorsque la bande endommagée était lancée pour être regardée, une ligne horizontale de l'image visuelle faussée montait dans son axe , et l’audio n’était plus audible. Les fabricants ont tenté de régler ce problème avec des solutions dans lesquelles la bande serait desserrée autour du tambour de tête ou la tête s’arrêterait de tourner après mise au repos en mode pause pour une période prédéterminée.

Liste des magnétoscopes en Umatic Umatic SP et BVU et BVU SP que nous possédons.


3 x VO-5630-Umatic

VO-5850-Umatic

VO-9850-Umatic

VP-5050-Umatic

4 x VP-7040


Ce format vidéo a également souffert du bruit de commutation de la tête. L'image avait une distorsion dans laquelle une section de la vidéo au bas de l'image vidéo était horizontale et de travers et couvrait la plus grande partie.

Le format a également eu du mal à reproduire la couleur rouge, et les images rouges étaient plus brillantes que d'autres couleurs dans le spectre. Pour cette raison, lors des prises de vues, on dissuadait les personnes de porter des vêtements rouges qui attiraient l'attention sur le défaut technique.

La copie d'une vidéo d'un magnétoscope à un autre magnétoscope relevait d’un compromis sur la fiabilité de lecture, et les niveaux de bruit exponentiels sur les têtes de lecture, le grippage de chrominance et le bruit aggravé augmentaient à chaque génération. Ces défis techniques ont motivés les éditeurs vidéo et les ingénieurs à se retrouver autour d’une table afin de minimiser la dégradation des générations. L'utilisation d'un correcteur de base de temps (TBC) ou câble "dub" ont été des méthodes pour minimiser la perte de qualité multi-générationnelle. Le TBC régénère la partie de l’extrémité de synchronisation du signal vidéo, en améliorant la fiabilité de lecture. Le dub, (ou «démodulation») par câble était un câble multi-conducteur qui a contourné une partie des circuits vidéo, en minimisant le bruit d'amplification.

Pour la synchronisation de systèmes de diffusion ou d'édition vidéo U-Matic, on avait besoin d'un Time Base Corrector (TBC). Certains TBC avaient un circuit dropt-out de compensation (DOC) qui retenait les lignes vidéo dans une mémoire numérique temporaire pour compenser les défauts de l'oxyde de chrome ou les rides sur la bande vidéo, mais les circuits DOC imposaient plusieurs câbles nécessaires et des personne qualifiées pour l'utilisation.

La qualité audio a été compromise en raison de l'utilisation de la bande audio et de la longitudinale des têtes en combinaison avec la vitesse  lente de défilement. Sony tenta de mettre en place un circuit de réduction de bruit Dolby pour améliorer la fidélité audio.

U-matic fut également utilisé pour le stockage de données audio numériques. La plupart des enregistrements audio numériques à partir des années 1980 ont été masterisés numériquement sur bande U-matic. Le Sony PCM-1600 Adaptateur PCM utilisait un enregistreur U-matic pour le transport. Quand on branchait le PCM-1600 sur une sortie standard vidéo "pseudo-vidéo" en format 525/60, on avait à l’écran une image vidéo avec motifs vibrants en damier. Le PCM-1600 a été le premier système utilisé pour le mastering de disques compacts audio (CD audio) au début des années 1980, avec le fameux taux du Compact Disc de 44,1 kHz d'échantillonnage basé sur un taux  de calcul permettant un meilleur ajustement pour les U-matic en vidéo-sync horizontale. Les unités suivantes PCM-1610 et 1630 ont également utilisé des cassettes U-matic comme support de stockage.

U-matic n'est plus utilisé comme format de production en général, mais il a trouvé une attractivité durable, en tant que format bon marché, bien spécifié, et résistant à l'usure. Le format Broadcast et les institutions privées cherchaient à produire des émissions vidéo sur un budget accessible. Les enregistrements U-matic et les équipements de lecture ont été fabriqués par Sony, Panasonic, JVC et Sharp, avec de nombreux fabricants extérieurs de produits, tels que les contrôleurs de montage vidéo, correcteurs de base de temps, la production de meubles vidéo, moniteurs de lecture etc …

Plusieurs installations de télévision au monde  utillisent encore des enregistreur U-matic pour la lecture des archives des enregistrements faites dans les années 1980. Par exemple, l'installation de la Bibliothèque du Congrès à Culpeper, en Virginie, possède des milliers de ses titres en vidéo U-matic, comme moyen de fournir des copies  et une preuve de dépôt du droit d'auteur des émissions de télévision et des films anciens.   Vous pouvez également vous adresser à notre société Centre Direct du Multimedia et ses partenaires pour ce type de besoin.

Quatre décennies après qu'il ait été développé, le format est encore utilisé pour les tâches ingrates de l'industrie, étant plus hautement spécialisé et adapté aux besoins du personnel de production que le VHS domestique. Le temps passant, il a été déclassé par des formats de production basés sur la cassette Betacam et Betacam SP qui, à leur tour, sont remplacées par Digital Betacam et HDCAM.

Les bandes U-matic ont également été utilisées pour faciliter le transfert des scènes filmées vers les supports quotidiens comme le VHS, DVD et disques durs portables. Plusieurs films ont survécu en copie sous cette forme. La première coupe grossière de Apocalypse Now, par exemple (la version première de ce qui est devenu Apocalypse Now Redux), a survécu grâce à trois cassettes U-Matic.


Film Argentique bobine projecteur Cassette Vidéo magnétoscope Transfert format professionnel Transfert Audio Transfert Photo Transfert Mémoires Récupération de cassette vidéos Numérisation de documents

Divers 4K, UHD, HD, SD...