Numérisation et acquisition de film en 3D et conversion de votre film 2D en 3D

 

Vous avez déjà fait numérisé votre film ou vous pensez le faire. Nous pouvons soit prendre un fichier déjà numérisé ou prendre la cassette afin de le convertir en 3D. Pour cela nous devons déjà le numériser en 2D (format standart) que vous retrouverez ici dans nos autres rubriques. Et ensuite nous "injectons" votre film dans nos baies pour faire un calcul et ainsi transformé le film en 3D.

Vous aurez en final, un film en 2D et un autre en 3D. Généralement les films demandé et usuellement utilisé en 3D, sont des film "côte à côte" ou "side by side", mais si vous désirez un autre format vous avez le choix parmis ceux-ci dessous. Par défaut sans autre explication de votre part cela sera du Side by Side.

Vous ne possédez pas de télévision 3D, ou de casque VR pour smartphone ou d'appareil vous permettant de voir la 3D. Vous avez la possibilité de convertir le film en Anaglyphe. Pour cela il faut utiliser des lunettes rouge et bleu. Le film a tendance de perdre une peu de couleur, mais l'effet est tout aussi saisisant pour avoir cette profondeur de 3D.

Nous pouvons faire des conversions 3D même à partir de film 8mm, Super 8, VHS-C ou bien entendu a partir de HD ou Full-HD. Au format 4/ ou SD (ancienne télévision), 16/9° ou HD, Full HD.

Le prix de la conversion est trés intérréssante. Profitez en afin d'avoir enfin vos films personnel en 3D et le présenter a vos amis et famille qui n'en reviendrons pas.

Ces prix sont des prix à la minute TTC

 

Voici les différentes possibilités de conversion que nous pouvons vous proposer :

 

History

Informations complémentaires: film en 3D

Le stéréoscope a d'abord été inventé par Sir Charles Wheatstone en 1838. Il a montré que lorsque deux images sont vues en stéréoscopie, ils sont combinés par le cerveau pour produire la perception de la profondeur 3D. Le stéréoscope a été améliorée par Louis Jules Duboscq, et une image célèbre de la reine Victoria a été affiché à la grande exposition en 1851. En 1855, le Kinematoscope a été inventé. À la fin des années 1890, le pionnier du film britannique William Friese-Greene a déposé un brevet pour un procédé de film en 3D. Le 10 Juin 1915, l'ancien directeur en chef Edison Studios Edwin S. Porter et William E. Waddell ont présenté des tests en anaglyphe rouge-vert à un public au Théâtre Astor à New York et en 1922 le premier film 3D publique The Power of Love était affiché.

la télévision 3D stéréoscopique a été démontrée pour la première fois le 10 Août 1928, par John Logie Baird dans les locaux de son entreprise à 133 Long Acre, Londres. Baird mis au point une variété de systèmes de télévision en 3D en utilisant des techniques de tubes électro-mécaniques et cathodiques. La première TV 3D a été produite 1935. Par la Seconde Guerre mondiale, 3D stéréoscopique appareils photo pour un usage personnel étaient déjà assez courante. Dans les années 1950, quand la télévision est devenu populaire aux Etats-Unis, de nombreux films en 3D ont été produits pour le cinéma. Le premier film était Bwana diable de United Artists qui pourraient être vus partout aux États-Unis en 1952. Un an plus tard, en 1953, est venu le film House 3D de cire qui a présenté aussi son stéréophonique. Alfred Hitchcock a produit son film Dial M for Assassiner en 3D, mais dans le but de maximiser les profits du film a été libéré en 2D car tous les cinémas ont été en mesure d'afficher des films en 3D. En 1946, l'Union soviétique a également développé des films en 3D, avec Robinzon Kruzo étant son premier film en 3D pleine longueur.

Further information: 3D film

The stereoscope was first invented by Sir Charles Wheatstone in 1838. It showed that when two pictures are viewed stereoscopically, they are combined by the brain to produce 3D depth perception. The stereoscope was improved by Louis Jules Duboscq, and a famous picture of Queen Victoria was displayed at The Great Exhibition in 1851. In 1855 the Kinematoscope was invented. In the late 1890s, the British film pioneer William Friese-Greene filed a patent for a 3D movie process. On 10 June 1915, former Edison Studios chief director Edwin S. Porter and William E. Waddell presented tests in red-green anaglyph to an audience at the Astor Theater in New York City and in 1922 the first public 3D movie The Power of Love was displayed.

Stereoscopic 3D television was demonstrated for the first time on 10 August 1928, by John Logie Baird in his company's premises at 133 Long Acre, London. Baird pioneered a variety of 3D television systems using electro-mechanical and cathode-ray tube techniques. The first 3D TV was produced it 1935. By the Second World War, stereoscopic 3D still cameras for personal use were already fairly common. In the 1950s, when TV became popular in the United States, many 3D movies were produced for cinema. The first such movie was Bwana Devil from United Artists that could be seen all across the US in 1952. One year later, in 1953, came the 3D movie House of Wax which also featured stereophonic sound. Alfred Hitchcock produced his film Dial M for Murder in 3D, but for the purpose of maximizing profits the movie was released in 2D because not all cinemas were able to display 3D films. In 1946 the Soviet Union also developed 3D films, with Robinzon Kruzo being its first full-length 3D movie.

Technologies

Il existe plusieurs techniques pour produire et afficher des images animées en 3D. Voici quelques-uns des détails techniques et des méthodologies employées dans certains des systèmes de cinéma 3D les plus notables qui ont été développés.

L'avenir de la télévision 3D est également en train d'émerger au fil du temps. Les nouvelles technologies comme WindowWalls (affiche murale de taille) et la communication de la lumière visible sont mises en œuvre dans la télévision 3D que la demande de télévision augmente 3D. Scott Birnbaum, vice-président du LCD affaires de Samsung, dit que la demande pour la télévision 3D va monter en flèche dans les deux prochaines années, alimentée par les sports télévisés. On pourrait être en mesure d'obtenir des informations directement sur leur télévision en raison de nouvelles technologies telles que la communication de la lumière visible qui permet que cela se produise parce que les lumières LED transmettent des informations par le scintillement dans les hautes fréquences.

 

There are several techniques to produce and display 3D moving pictures. The following are some of the technical details and methodologies employed in some of the more notable 3D movie systems that have been developed.

The future of 3D television is also emerging as time progresses. New technology like WindowWalls (wall-size displays) and Visible light communication are being implemented into 3D television as the demand for 3D TV increases. Scott Birnbaum, vice president of Samsung's LCD business, says that the demand for 3D TV will skyrocket in the next couple of years, fueled by televised sports. One might be able to obtain information directly onto their television due to new technologies like the Visible Light Communication that allows for this to happen because the LED lights transmit information by flickering at high frequencies.

 

Displaying technologies

Functional principle of active shutter 3D systems.

 

Functional principle of polarized 3D systems.

L'exigence de base est d'afficher des images de décalage qui sont filtrés séparément à l'œil gauche et à droite. Deux stratégies ont été utilisées pour ce faire: avoir les lunettes d'usure de la visionneuse pour filtrer les images décalées séparément à chaque oeil, ou avoir la source de lumière divisé les images directionnellement dans les yeux du spectateur (pas de lunettes requises) la technologie d'affichage .Common 3D pour la projection stéréoscopique paires d'images pour le spectateur comprennent:

Avec filtres / lentilles :

Dans une exposition CEATEC 2011, Hitachi a publié sans lunettes systèmes de projection 3D qui utilisent un ensemble de 24 projecteurs, lentilles et demi-miroirs translucides pour superposer des images 3D avec un angle de vision horizontal de 60 degrés et un angle de vision vertical de 30 degrés. Outre Hitachi, Sony travaille également sur des technologies similaires.

Single-vue affiche projettent une seule paire stéréo à la fois. Multi-vue affiche soit utiliser la tête de suivi pour modifier l'affichage en fonction de l'angle de vision, ou une projection simultanée de plusieurs vues indépendantes d'une scène pour plusieurs téléspectateurs (automultiscopic). Ces vues multiples peuvent être créés à la volée en utilisant le format 2D-plus approfondie.

Diverses autres techniques d'affichage ont été décrites, telles que l'holographie, l'affichage volumétrique, et l'effet Pulfrich; qui a été utilisé dans Doctor Who Dimensions in Time, en 1993, par 3rd From The Sun en 1997 et par Shark Week de la chaîne Discovery Channel en 2000.

 

 

The basic requirement is to display offset images that are filtered separately to the left and right eye. Two strategies have been used to accomplish this: have the viewer wear eyeglasses to filter the separately offset images to each eye, or have the light source split the images directionally into the viewer's eyes (no glasses required).Common 3D display technology for projecting stereoscopic image pairs to the viewer include:

In a CEATEC 2011 exhibition, Hitachi released glasses-free 3D projection systems that use a set of 24 projectors, lenses, and translucent half mirrors to superimpose 3D images with a horizontal viewing angle of 60 degrees and a vertical viewing angle of 30 degrees. Besides Hitachi, Sony is also working on similar technologies.

Single-view displays project only one stereo pair at a time. Multi-view displays either use head tracking to change the view depending on the viewing angle, or simultaneous projection of multiple independent views of a scene for multiple viewers (automultiscopic). Such multiple views can be created on the fly using the 2D-plus-depth format.

Various other display techniques have been described, such as holography, volumetric display, and the Pulfrich effect; which was used in Doctor Who Dimensions in Time, in 1993, by 3rd Rock From The Sun in 1997, and by the Discovery Channel's Shark Week in 2000.

Producing technologies

Modern stereo TV camera.

Article détaillé: techniques de photographie stéréo

La stéréoscopie est la méthode la plus largement acceptée pour la capture et la diffusion de vidéo 3D. Il consiste à capter des paires stéréo dans une configuration à deux point de vue, avec des caméras montées côte à côte et séparés par la même distance que se situe entre les élèves d'une personne. Si l'on imagine la projection d'un point dans une scène le long de la ligne de visée pour chaque œil objet, à son tour; à un fond d'écran plat, on peut décrire l'emplacement de ce point mathématiquement en utilisant l'algèbre simple. En coordonnées rectangulaires avec l'écran situé dans le plan Y-Z, avec l'axe Z vers le haut et l'axe Y à droite, avec le spectateur centré sur l'axe X; nous constatons que les coordonnées de l'écran sont simplement la somme des deux termes. Une comptabilité pour la perspective et l'autre pour le décalage binoculaire. Perspective modifie le Z et Y coordonnées du point d'objet, par un facteur de D / (D-x), alors que shift binoculaire contribue un terme supplémentaire (à la coordonnée Y seulement) de s · x / (2 · (D-x )), où D est la distance de l'origine du système choisi pour le spectateur (à droite entre les yeux), s est la séparation des yeux (environ 7 centimètres), et x est la véritable coordonnée x du point d'objet. Le changement binoculaire est positif pour l'œil gauche-vue et négatif pour l'oeil-vue de droite. Pour les points d'objets très éloignés, il est évident que les yeux seront à la recherche le long essentiellement de la même ligne de mire. Pour les objets très près, les yeux peuvent devenir excessivement "loucher". Cependant, pour les scènes dans la plus grande partie du champ de vision, une image réaliste est facilement obtenue par superposition des images gauche et droite (en utilisant la méthode de polarisation ou synchronisé méthode obturateur optique) à condition que le spectateur ne soit pas trop près de l'écran et les images gauche et droite sont correctement positionnés sur l'écran. La technologie numérique a largement éliminé superposition inexactes qui était un problème commun à l'époque des films stéréoscopiques traditionnels.

Multi-vues capture utilise des tableaux de plusieurs caméras pour capturer une scène 3D par l'intermédiaire de multiples flux vidéo indépendants. caméras plénoptique, qui capture le champ lumineux d'une scène, peut également être utilisé pour capturer des vues multiples avec un seul lens.Depending principal sur la configuration de la caméra, les vues obtenues peuvent soit être affichées sur multi-vue affiche, ou transmis le long pour de plus amples traitement d'image.

Après la capture, stéréo ou multi-vues des données d'image peuvent être traitées pour en extraire 2D ainsi que des informations de profondeur pour chaque vue, créant ainsi une représentation indépendante du périphérique de la scène 3D originale. Ces données peuvent être utilisées pour aider inter-view compression d'image ou de générer des paires stéréoscopiques pour de multiples angles de vue différents et des tailles d'écran.

2D plus le traitement de la profondeur peuvent être utilisés pour recréer des scènes 3D, même à partir d'une vue unique et convertir le film de l'héritage et du matériel vidéo à un look 3D, mais un effet convaincant est plus difficile à atteindre et l'image résultante sera probablement ressembler à une miniature en carton.

 

Main article: Stereo photography techniques

Stereoscopy is the most widely accepted method for capturing and delivering 3D video. It involves capturing stereo pairs in a two-view setup, with cameras mounted side by side and separated by the same distance as is between a person's pupils. If we imagine projecting an object point in a scene along the line-of-sight for each eye, in turn; to a flat background screen, we may describe the location of this point mathematically using simple algebra. In rectangular coordinates with the screen lying in the Y–Z plane, with the Z axis upward and the Y axis to the right, with the viewer centered along the X axis; we find that the screen coordinates are simply the sum of two terms. One accounting for perspective and the other for binocular shift. Perspective modifies the Z and Y coordinates of the object point, by a factor of D/(D–x), while binocular shift contributes an additional term (to the Y coordinate only) of s·x/(2·(D–x)), where D is the distance from the selected system origin to the viewer (right between the eyes), s is the eye separation (about 7 centimeters), and x is the true x coordinate of the object point. The binocular shift is positive for the left-eye-view and negative for the right-eye-view. For very distant object points, it is obvious that the eyes will be looking along essentially the same line of sight. For very near objects, the eyes may become excessively "cross-eyed". However, for scenes in the greater portion of the field of view, a realistic image is readily achieved by superposition of the left and right images (using the polarization method or synchronized shutter-lens method) provided the viewer is not too near the screen and the left and right images are correctly positioned on the screen. Digital technology has largely eliminated inaccurate superposition that was a common problem during the era of traditional stereoscopic films.

Multi-view capture uses arrays of many cameras to capture a 3D scene through multiple independent video streams. Plenoptic cameras, which capture the light field of a scene, can also be used to capture multiple views with a single main lens.Depending on the camera setup, the resulting views can either be displayed on multi-view displays, or passed along for further image processing.

After capture, stereo or multi-view image data can be processed to extract 2D plus depth information for each view, effectively creating a device-independent representation of the original 3D scene. These data can be used to aid inter-view image compression or to generate stereoscopic pairs for multiple different view angles and screen sizes.

2D plus depth processing can be used to recreate 3D scenes even from a single view and convert legacy film and video material to a 3D look, though a convincing effect is harder to achieve and the resulting image will likely look like a cardboard miniature.

 

 

3D production

Production d'événements tels que les émissions de sport en direct en 3D diffère des méthodes utilisées pour la diffusion 2D. Un haut niveau technique doit être maintenue parce que toute incohérence dans la couleur, l'alignement, ou focus entre deux caméras peut détruire l'effet 3D ou de produire un malaise chez le spectateur. lentilles de zoom pour chaque caméra d'une paire stéréo doivent suivre sur leur gamme de longueurs focales.

Ajout d'éléments graphiques (comme un tableau de bord, des minuteries, ou logos) à une image 3D doit placer les éléments synthétisés à une profondeur appropriée dans le cadre, de sorte que les téléspectateurs peuvent voir confortablement les éléments ajoutés, ainsi que l'image principale. Cela nécessite des ordinateurs plus puissants pour calculer l'apparence correcte des éléments graphiques. Par exemple, la ligne de mêlée qui apparaît comme une ligne jaune projetée sur le terrain lors d'une émission de football américain exige environ mille fois plus de puissance de traitement pour produire en 3D par rapport à une image 2D.

Comme les images 3D sont effectivement plus immersive que les émissions 2D, moins de coupes rapides entre les angles de caméra sont nécessaires. Ligue nationale de football 3D diffusions coupé entre les caméras environ un cinquième aussi souvent que dans la radiodiffusion 2D. coupes rapides entre deux points de vue différents peuvent être inconfortables pour le spectateur, de sorte que les administrateurs peuvent prolonger la transition ou de fournir des images avec une profondeur intermédiaire entre deux extrêmes de «repos» les téléspectateurs yeux. Les images 3D sont plus efficaces si les caméras sont à un angle faible de vue, simulant la présence du spectateur à l'événement; cela peut présenter des problèmes avec des personnes ou des structures bloquant la vue de l'événement. Bien que moins d'emplacements de caméras sont nécessaires, le nombre total de caméras est similaire à une diffusion 2D parce que chaque position a besoin de deux caméras. D'autres événements sportifs en direct ont des facteurs supplémentaires qui influent sur la production; par exemple, une patinoire présente quelques indices pour la profondeur en raison de son apparence uniforme.

 

Production of events such as live sports broadcasts in 3D differs from the methods used for 2D broadcasting. A high technical standard must be maintained because any mismatch in color, alignment, or focus between two cameras may destroy the 3D effect or produce discomfort in the viewer. Zoom lenses for each camera of a stereo pair must track over their full range of focal lengths.

Addition of graphical elements (such as a scoreboard, timers, or logos) to a 3D picture must place the synthesized elements at a suitable depth within the frame, so that viewers can comfortably view the added elements as well as the main picture. This requires more powerful computers to calculate the correct appearance of the graphical elements. For example, the line of scrimmage that appears as a projected yellow line on the field during an American football broadcast requires about one thousand times more processing power to produce in 3D compared to a 2D image.

Since 3D images are effectively more immersive than 2D broadcasts, fewer fast cuts between camera angles are needed. 3D National Football League broadcasts cut between cameras about one-fifth as often as in 2D broadcasting. Rapid cuts between two different viewpoints can be uncomfortable for the viewer, so directors may lengthen the transition or provide images with intermediate depth between two extremes to "rest" the viewers eyes. 3D images are most effective if the cameras are at a low angle of view, simulating presence of the viewer at the event; this can present problems with people or structures blocking the view of the event. While fewer camera locations are required, the overall number of cameras is similar to a 2D broadcast because each position needs two cameras. Other live sport events have additional factors that affect production; for example, an ice rink presents few cues for depth due to its uniform appearance.

TV sets

Ces téléviseurs sont haut de gamme et comprennent Ethernet, Lecteur USB et enregistreur, Bluetooth et USB Wi-Fi en général.

These TV sets are high-end and generally include Ethernet, USB player and recorder, Bluetooth and USB Wi-Fi.

3D-ready TV set

Téléviseurs 3D-ready sont ceux qui peuvent fonctionner en mode 3D (en plus du mode 2D standard) en utilisant une des technologies d'affichage pour recréer une image stéréoscopique. Ces téléviseurs supportent généralement HDMI 1.4 et un taux minimum de sortie de rafraîchissement de 120 Hz; verres peuvent être vendus séparément.

Philips a développé un téléviseur 3D qui serait disponible pour le marché de la consommation d'environ 2011 sans avoir besoin de lunettes spéciales (autostéréoscopie) .Toutefois, il a été annulé en raison de la lente adoption des clients allant de la 2D à la 3D. (Citation requise)

En Août 2010, Toshiba a annoncé son intention d'apporter une gamme de téléviseurs autostéréoscopique sur le marché d'ici la fin de l'année.

Le fabricant chinois TCL Corporation a développé un écran LCD de 42 pouces (110 cm) TV 3D appelé le TD-42F, qui est actuellement disponible en Chine. Ce modèle utilise un système lenticulaire et ne nécessite pas de lunettes spéciales (autostéréoscopie). Il se vend actuellement à environ 20 000 $.

Onida, LG, Samsung, Sony et Philips l'intention d'augmenter leur offre de télévision 3D avec des plans pour rendre compte des ventes de téléviseurs 3D pour plus de 50% de leur offre de distribution de télévision respective en 2012. Il est prévu que les écrans utilisent un mélange de technologies jusqu'à ce que la normalisation à travers l'industrie. Samsung offre les LED 7000, LCD 750, PDP 7000 postes de télévision et le Blu-ray 6900.

 

3D-ready TV sets are those that can operate in 3D mode (in addition to regular 2D mode) using one of several display technologies to recreate a stereoscopic image. These TV sets usually support HDMI 1.4 and a minimum output refresh rate of 120 Hz; glasses may be sold separately.

Philips was developing a 3D television set that would be available for the consumer market by about 2011 without the need for special glasses (autostereoscopy).However it was canceled because of the slow adoption of customers going from 2D to 3D. (Citation needed)

In August 2010, Toshiba announced plans to bring a range of autosteroscopic TVs to market by the end of the year.

The Chinese manufacturer TCL Corporation has developed a 42-inch (110 cm) LCD 3D TV called the TD-42F, which is currently available in China. This model uses a lenticular system and does not require any special glasses (autostereoscopy). It currently sells for approximately $20,000.

Onida, LG, Samsung, Sony, and Philips intend to increase their 3D TV offering with plans to make 3D TV sales account for over 50% of their respective TV distribution offering by 2012. It is expected that the screens will use a mixture of technologies until there is standardisation across the industry. Samsung offers the LED 7000, LCD 750, PDP 7000 TV sets and the Blu-ray 6900.

Full 3D TV sets

Ensembles complets de télévision 3D comprennent Samsung 3D Full HD (1920 × 1080p, 600 Hz) et Panasonic Full HD 3D (1920 × 1080p, 600 Hz).

A Cnet examen Septembre 2011 vanté 55ZL2 de Toshiba comme «l'avenir de la télévision". En raison de la nature exigeante de la technologie 3D auto-stéréoscopique, l'écran dispose d'un écran de 3840x2160; cependant, il n'y a pas de contenu vidéo disponible à cette résolution. Cela dit, il utilise un processeur multi-core pour fournir une excellente upscaling à la résolution "de 4K2K". L'utilisation d'un filtre de microlentilles lenticulaire directionnel, l'affichage génère neuf vues 3D. Cette technologie crée généralement les points morts, ce qui évite Toshiba en utilisant un appareil photo de eye-tracking pour ajuster l'image. Les auteurs notent également que la résolution 3D pour un signal 1080p ressemble plus à 720p et manque de parallaxe, ce qui réduit l'immersion.

 

Full 3D TV sets include Samsung Full HD 3D (1920×1080p, 600 Hz) and Panasonic Full HD 3D (1920×1080p, 600 Hz).

A September 2011 Cnet review touted Toshiba's 55ZL2 as "the future of television". Because of the demanding nature of auto-stereoscopic 3D technology, the display features a 3840x2160 display; however, there is no video content available at this resolution. That said, it utilizes a multi-core processor to provide excellent upscaling to the "4k2k" resolution. Using a directional lenticular lenslet filter, the display generates nine 3D views. This technology commonly creates deadspots, which Toshiba avoids by using an eye-tracking camera to adjust the image. The reviewers also note that the 3D resolution for a 1080p signal looks more like 720p and lacks parallax, which reduces immersion.

Standardization efforts

On prévoit que le secteur du divertissement à adopter une norme commune et compatible 3D dans l'électronique domestique. Pour présenter la fréquence d'images plus rapide en haute définition pour éviter les saccades (non lisse, mouvement linéaire), l'amélioration de 3-D films, des téléviseurs et la radiodiffusion, d'autres normes non résolues sont le type de lunettes 3D (passive ou active), y compris les considérations de bande passante, les sous-titres , le format d'enregistrement, et une norme Blu-ray. Avec l'amélioration de la technologie numérique, à la fin des années 2000, les films en 3D sont devenus plus pratique à produire et à afficher, en mettant la pression concurrentielle derrière la création de normes de télévision 3D. Il existe plusieurs techniques pour le codage vidéo stéréoscopiques, et la mise en forme de distribution stéréoscopique incluant anaglyphe, quinconce et 2D plus Delta.

Les fournisseurs de contenu, tels que Disney, DreamWorks, et d'autres studios d'Hollywood, et les développeurs de technologies, telles que Philips, demandé SMPTE pour l'élaboration d'une norme 3DTV afin d'éviter une bataille de formats et de garantir aux consommateurs qu'ils seront en mesure d'afficher le contenu 3D qu'ils achètent et pour leur fournir des solutions à la maison 3D pour toutes les poches. En Août 2008, SMPTE a créé le "3-D Home Display Task Force Formats" pour définir les paramètres d'une norme de mastering 3D stéréoscopique pour le contenu lu sur un appareil fixe à la maison, peu importe le canal de distribution. Il a exploré les normes qui doivent être définies pour le contenu 3D distribué par diffusion, câble, satellite, les médias emballés, et l'Internet pour être joué-out sur les téléviseurs, les écrans d'ordinateur et d'autres affichages attachés. Après six mois, le comité a produit un rapport pour définir les enjeux et les défis, les normes minimales et les critères d'évaluation, que la Société dit servirait de document de travail pour les efforts de normalisation SMPTE 3D à suivre. était prévu un effort de suivi à rédiger une norme pour les formats de contenu 3D pour prendre un autre 18 à 30 mois.

studios de production se développent un nombre croissant de titres 3D pour le cinéma et le plus grand nombre d'une douzaine de sociétés travaillent activement sur la technologie de base derrière le produit. Beaucoup ont des technologies disponibles pour démontrer, mais pas de route claire en avant pour un grand public offre a émergé.

Dans ces circonstances, la réunion inaugurale de SMPTE était essentiellement un appel à propositions pour la télévision 3D; plus de 160 personnes provenant de 80 entreprises ont signé pour cette première réunion. Les fournisseurs qui ont présenté leurs technologies respectives lors de la réunion du groupe de travail inclus SENSIO Technologies, Philips, Depth Digital Dynamic (DDD), TDVision et Real D, qui avait des technologies de distribution 3D.

Il y a beaucoup de projets 3D actives dans SMPTE à la fois pour la télévision et les cinéastes. Le Groupe de travail 35PM40 SMPTE a décidé (sans influence du Conseil SMPTE ou de toute autre influence externe) que les progrès réalisés sur les normes 3D au sein d'autres groupes SMPTE (y compris le format du FMI Interopérable Maître) signifie que son projet «aperçu» serait préférable publié comme un rapport technique. Les radiodiffuseurs et les autres participants sont toujours très actifs dans le développement 3D, et SMPTE continue d'être le forum où tout le monde de créateur de contenu fabricant du consommateur a une voix.

Cependant, SMPTE est pas le seul groupe de normes 3D. D'autres organisations telles que la Consumer Electronics Association (CEA), 3D @ home Consortium, l'UIT et l'Entertainment Technology Center (ETC), à l'USC School of Cinematic Arts ont créé leurs propres groupes d'enquête et ont déjà offert de collaborer pour parvenir à une solution commune . Le Digital TV Group (DTG), est engagé à profiler une norme au Royaume-Uni pour les produits et services 3DTV. D'autres groupes standard tels que DVB, BDA, ARIB, ATSC, DVD Forum, la CEI et d'autres doivent être impliqués dans le processus.

MPEG a fait des recherches multi-vues, stéréoscopique et 2D plus la profondeur 3D codage vidéo depuis le milieu des années 1990; le premier résultat de cette recherche est l'extension de codage Multiview Video MPEG-4 AVC qui est actuellement en cours de normalisation. MVC a été choisi par l'association de disques Blu-ray 3D pour la distribution. Le format offre une compatibilité ascendante avec 2D lecteurs Blu-ray.

HDMI version 1.4, publié en Juin 2009, définit un certain nombre de formats de transmission 3D. Le format "Emballage Frame" (à gauche et à droite l'image emballé dans une trame vidéo avec deux fois la bande passante normale) est obligatoire pour HDMI 1.4 dispositifs 3D. Les trois résolutions (720p50, 720p60 et 1080p24) doivent être pris en charge par des dispositifs d'affichage, et au moins un de ceux par des dispositifs de lecture. Autres résolutions et formats sont facultatifs. Bien que HDMI 1.4 appareils seront capables de transmettre des images 3D en 1080p, HDMI 1.3 ne comprend pas un tel soutien. En tant que solution out-of-spec pour le problème bitrate, une image 3D peut être affiché à une résolution inférieure, comme entrelacé ou à définition standard.

 

The entertainment industry is expected to adopt a common and compatible standard for 3D in home electronics. To present faster frame rate in high definition to avoid judder (non-smooth, linear motion), enhancing 3-D film, televisions and broadcasting, other unresolved standards are the type of 3D glasses (passive or active), including bandwidth considerations, subtitles, recording format, and a Blu-ray standard. With improvements in digital technology, in the late 2000s, 3D movies have become more practical to produce and display, putting competitive pressure behind the creation of 3D television standards. There are several techniques for Stereoscopic Video Coding, and stereoscopic distribution formatting including anaglyph, quincunx, and 2D plus Delta.

Content providers, such as Disney, DreamWorks, and other Hollywood studios, and technology developers, such as Philips, asked SMPTE for the development of a 3DTV standard in order to avoid a battle of formats and to guarantee consumers that they will be able to view the 3D content they purchase and to provide them with 3D home solutions for all pockets. In August 2008, SMPTE established the "3-D Home Display Formats Task Force" to define the parameters of a stereoscopic 3D mastering standard for content viewed on any fixed device in the home, no matter the delivery channel. It explored the standards that need to be set for 3D content distributed via broadcast, cable, satellite, packaged media, and the Internet to be played-out on televisions, computer screens and other tethered displays. After six months, the committee produced a report to define the issues and challenges, minimum standards, and evaluation criteria, which the Society said would serve as a working document for SMPTE 3D standards efforts to follow. A follow-on effort to draft a standard for 3D content formats was expected to take another 18 to 30 months.

Production studios are developing an increasing number of 3D titles for the cinema and as many as a dozen companies are actively working on the core technology behind the product. Many have technologies available to demonstrate, but no clear road forward for a mainstream offering has emerged.

Under these circumstances, SMPTE's inaugural meeting was essentially a call for proposals for 3D television; more than 160 people from 80 companies signed up for this first meeting. Vendors that presented their respective technologies at the task force meeting included SENSIO Technologies,Philips, Dynamic Digital Depth (DDD), TDVision, and Real D, all of which had 3D distribution technologies.

There are many active 3D projects in SMPTE for both TV and filmmakers. The SMPTE 35PM40 Working Group decided (without influence from the SMPTE Board or any other external influence) that the good progress being made on 3D standards within other SMPTE groups (including the IMF Interoperable Master Format) means that its "overview" project would be best published as an Engineering Report. Broadcasters and other participants are still very active in 3D development, and SMPTE continues to be the forum where everyone from content creator to consumer manufacturer has a voice.

However, SMPTE is not the only 3D standards group. Other organizations such as the Consumer Electronics Association (CEA), 3D@home Consortium, ITU and the Entertainment Technology Center (ETC), at USC School of Cinematic Arts have created their own investigation groups and have already offered to collaborate to reach a common solution. The Digital TV Group (DTG), has committed to profiling a UK standard for 3DTV products and services. Other standard groups such as DVB, BDA, ARIB, ATSC, DVD Forum, IEC and others are to be involved in the process.

MPEG has been researching multi-view, stereoscopic, and 2D plus depth 3D video coding since the mid-1990s; the first result of this research is the Multiview Video Coding extension for MPEG-4 AVC that is currently undergoing standardization. MVC has been chosen by the Blu-ray disc association for 3D distribution. The format offers backwards compatibility with 2D Blu-ray players.

HDMI version 1.4, released in June 2009, defines a number of 3D transmission formats. The format "Frame Packing" (left and right image packed into one video frame with twice the normal bandwidth) is mandatory for HDMI 1.4 3D devices. All three resolutions (720p50, 720p60, and 1080p24) have to be supported by display devices, and at least one of those by playback devices. Other resolutions and formats are optional. While HDMI 1.4 devices will be capable of transmitting 3D pictures in full 1080p, HDMI 1.3 does not include such support. As an out-of-spec solution for the bitrate problem, a 3D image may be displayed at a lower resolution, like interlaced or at standard definition.

DVB 3D-TV standard

Article détaillé: DVB-TV 3D

DVB a créé le 3D-TV DVB spécification. Les configurations des consommateurs 3D TV suivants seront disponibles au public:

3D-TV connecté 3D Blu-ray pour les médias emballés.

3D-TV connecté à HD Console de jeu, par exemple PS3 pour les jeux 3D.

3D-TV connecté à HD STB pour la diffusion 3D-TV.

3D-TV recevant une télévision 3D diffusée directement via un tuner et décodeur intégré.



Pour les deux scénarios de diffusion ci-dessus, les exigences initiales sont pour les diffuseurs de télévision payante pour offrir des services 3D-TV sur les infrastructures de radiodiffusion HD existantes, et d'utiliser les récepteurs existants (avec mise à jour du firmware, si nécessaire) pour fournir du contenu 3D à des ensembles 3D-TV, via une connexion HDMI ou équivalent, si nécessaire. Ceci est appelé Cadre compatible. Il existe une gamme de cadre formats compatibles. Ils comprennent le Side by Side (SSV) format, le haut et le bas (TaB) le format, et d'autres.

 

Main article: DVB 3D-TV

DVB has established the DVB 3D-TV Specification. The following 3D-TV consumer configurations will be available to the public:

For the two broadcast scenarios above, initial requirements are for Pay-TV broadcasters to deliver 3D-TV services over existing HD broadcasting infrastructures, and to use existing receivers (with firmware upgrade, as required) to deliver 3D content to 3D-TV sets, via an HDMI or equivalent connection, if needed. This is termed Frame Compatible. There are a range of Frame Compatible formats. They include the Side by Side (SbS) format, the Top and Bottom (TaB) format, and others.

 


Film Argentique bobine projecteur Cassette Vidéo magnétoscope Transfert format professionnel Transfert Audio Transfert Photo Transfert Mémoires Récupération de cassette vidéos Numérisation de documents

Divers 4K, UHD, HD, SD...