Numérisation de cassettes Mini-HDV et HDV en 720p et 1080i

Liste de prix pour le transfert de cassettes magnétiques. Le prix est calculé à la minute. Il faut cumuler toutes les durées des bobines afin de connaître la tranche dans laquelle vous vous trouvez.

Bien entendu les transferts que nous vous rendons sont tous de la même qualité que vos originaux, voire supérieure, grâce à nos techniques de transfert qui sont plus qu’une simple copie d’un magnétoscope à un DVD. Nous utilisons, entre le magnétoscope et l’enregistrement au format DVD, 4 appareils permettant d’augmenter la qualité, en plus des magnétoscopes professionnels que nous possédons.

Prix pour le transfert de Cassettes HDV 1080i et Mini-HDV 720p sur DVD vidéo dans la limite maximale de 150 minutes pour un DVD. Ou si vous désirez vous pouvez avoir pour le même prix un transfert au format H264, MPEG, 4:2:2 ...

 

Le coût est lié à la durée avec un minimum forfaitaire (même si le film ne fait que 10 mn). Maximum 2h30 par DVD.


Remise de 10% pour 10 heures de films
Remise de 20% pour plus de 20 heures de films on tombe à 14,40
€ TTC l'heure de film

PS: On ne facture que le temps d'enregistrement réel et non pas la durée de la cassette.

Les prix comprennent aussi le support DVD, possibilité de générer des fichiers pour montage nous contacter.

Vous avez des bandes ou des cassettes que vous ne pouvez plus lire. La solution nous l'avons. "Cliquez ici"

Nous vous invitons à cliquer sur ce lien : <<SAUVER VOS FILMS>> pour la version html,
ou sur celui-ci : <<Recommandations_Video.pdf>> pour la version pdf à télécharger
pour vous informer de l'urgence de conserver vos films dans le temps.

 

Vous l'avez compris, nous vous donnerons une image de même qualité et bien souvent meilleure que votre cassette originale.

Un peu d'histoire :

HDV

HDV est un format pour l’enregistrement de vidéo haute définition sur cassette DV. Le format a été initialement développé par JVC et soutenu par Sony, Canon, et Sharp. Les quatre sociétés ont formé le consortium HDV en Septembre 2003.
Conçu comme un format haute définition abordable pour camescopes numériques, HDV s'est rapidement propagé auprès de nombreux vidéastes amateurs et professionnels en raison de son faible coût, de sa portabilité et de la qualité d'image acceptable pour de nombreuses productions professionnelles.
HDV et le logo HDV sont des marques de JVC et Sony.

Encodage vidéo et audio

La vidéo et l'audio HDV sont encodés sous forme numérique, en utilisant la compression intertrame avec perte. La vidéo est encodée avec le schéma de compression H.262/MPEG-2 partie 2, en utilisant des échantillons chrominance et luminance 8 bits avec sous-échantillonnage chrominance 4:2:0. L'audio stéréo est codée avec le schéma de compression MPEG-1 Layer 2 . L'audio et la vidéo compressées sont multiplexées en un flux de transport MPEG-2, qui est généralement enregistré sur bande magnétique, mais peut également être stocké dans un fichier informatique.
Le débit de données tant pour l'audio que pour la vidéo est constant et est à peu près le même que le débit de données DV. Le débit de données vidéo relativement faible peut provoquer un manque de débit dans les scènes qui ont beaucoup de petits détails, des mouvements rapides ou une autre activité complexe comme des lumières clignotantes, et peut entraîner des artefacts visibles, tels que des pavés de compression et du flou. Contrairement à la vidéo, le débit audio HDV est relativement généreux. Au taux d'encodage de 384 kbit/s, l'audio MPEG-1 Layer 2 est considéré comme sans perte perceptible.

Formats d'enregistrement

Deux versions majeures de HDV sont HDV 720p et HDV 1080i. Le premier est utilisé par JVC et est officieusement connu comme HDV1. Le second est préféré par Sony et Canon et est parfois appelé HDV2. HDV 1080i définit les modes d'enregistrement progressifs en option, et, dans des publications récentes, il est parfois appelé HDV 1080 ou HDV 1080 lignes car l'enregistrement 1080 lignes progressif devient monnaie courante.

HDV 720p

Le format HDV 720p permet l'enregistrement vidéo haute définition (HDV-HD), ainsi que le balayage vidéo progressif de définition standard (HDV-SD).
HDV-HD 720p correspond étroitement au standard de diffusion en vidéo progressive 720p en termes de type de balayage, de taille d'image, de format (rapport largeur/hauteur) et de taux de données. Les camescopes HDV 720p précédents pouvaient tourner uniquement à 24, 25 et 30 images par seconde. Les modèles suivants offrent à la fois des fréquences d'images type films (24p, 25p, 30p) et type réalité (50p, 60p).
HDV-SD est un mode d'enregistrement vidéo à balayage progressif de définition standard. Cette vidéo est parfois appelée vidéo de définition améliorée (ou EDTV), mais est considérée comme la vidéo haute définition en Australie. Selon la région, la vidéo HDV-SD est enregistrée soit comme 576p50 ou 480p60. Comme DVCPRO Progressive, HDV-SD a été conçu comme un format intermédiaire au cours de la période de transition de la définition standard à la vidéo haute définition. Les modèles les plus récents de camescopes HDV 720p ne peuvent pas enregistrer dans ce mode.
À l'heure actuelle, JVC est le seul fabricant de camescopes HDV 720p. JVC a été le premier à sortir un camescope HDV, l'ordinateur de poche GR-HD1. Plus tard, JVC a déplacé son développement HDV vers des caméras d'épaule.
Une idée fausse commune est que JVC a développé une extension propriétaire HDV appelé ProHD, proposant un mode d'enregistrement progressif à 24 images/s type "film" et audio LPCM, pour un usage professionnel. JVC a précisé que ProHD n'est pas un format d'enregistrement vidéo, mais «une approche pour fournir des produits HD abordables» et un nom commun pour «des modèles HD professionnels avec bande passante efficace».

HDV 1080i

Lorsqu'une vidéo entrelacée est regardée sur un moniteur progressif sans désentrelacement approprié, elle présente un effet de peigne quand il y a un mouvement entre deux champs d'une trame.
Sony a adapté HDV, initialement conçu comme format à balayage progressif par JVC, à la vidéo entrelacée. La vidéo entrelacée a été un compromis utile pendant des décennies en raison de sa capacité à afficher un mouvement lissé, tout en réduisant la bande passante d'enregistrement et de diffusion. La vidéo entrelacée est encore utilisée dans l'acquisition et la diffusion, mais les dispositifs d'affichage entrelacé sont progressivement supprimés. Les téléviseurs modernes à écran plat qui utilisent la technologie plasma ou LCD sont intrinsèquement progressifs. De ce fait, tous les moniteurs informatiques modernes utilisent le balayage progressif.
Avant qu'une vidéo entrelacée ne soit affichée sur un dispositif à balayage progressif, elle doit être convertie en progressive en utilisant le procédé connu sous le nom de désentrelacement. Les téléviseurs à balayage progressif emploient des circuits électroniques intégrés de désentrelacement pour faire face aux signaux de radiodiffusion entrelacés, mais les lecteurs vidéo de l'ordinateur ont rarement cette capacité. En tant que telle, la vidéo entrelacée peut présenter des artefacts de type rémanence ou effet de peigne lorsqu'elle est affichée sur un ordinateur.
Certains camescopes HDV 1080i sont capables d'enregistrer la vidéo progressive au sein d’un flux entrelacé, à condition que le taux de trame ne dépasse pas la moitié de la fréquence de trame. Le premier camescope HDV 1080i capable de mettre en œuvre ce balayage progressif a été le Sony HVR-V1. Pour préserver la compatibilité avec les équipements entrelacés, le HVR-V1 enregistre et affiche la vidéo sous forme entrelacée. La vidéo progressive à 25 images/s et 30 images/s est enregistrée sur bande à l’aide d'une technique de trame segmentée progressive (PsF), tandis que l'enregistrement à 24 images/s utilise la technique "2-3 pulldown". Le camescope offre deux variantes de l'enregistrement à 24 images/s : "24" et "24A". En mode "24" la caméra s'assure qu'il n'y a pas de rupture de cadence pour toute la bande, ce mode fonctionne mieux pour regarder des vidéos directement à partir du camescope et pour ajouter une apparence "film" à la vidéo entrelacée. Dans le mode "24A" la caméra commence chaque clip sur une image de type A avec timecode fixé à une marge de seconde paire et enregistre les données d'identification "2-3 pulldown" dans le flux HDV, de sorte que le logiciel NLE (Non-Linear Editing ou édition non linéaire) compatible sache quand supprimer les cadences "2-3 pulldown". Plusieurs outils d'édition, y compris le logiciel propriétaire "Vegas" de Sony, sont capables de traiter correctement de la vidéo 24A comme de la vidéo progressive à 24 images/s.
Avant le HVR-V1, Sony offrait Cineframe,, essentiellement un convertisseur entrelacé à progressif, pour simuler le mouvement semblable à un film. Le processus de conversion implique le mélange et le rejet des champs, de sorte que la résolution verticale de la vidéo résultante est dégradée. "Motion", produit dans la variante "24 images/s" de "Cineframe" était trop inégal pour un usage professionnel. Le même effet "film", ou même mieux, peut être obtenu en convertissant la vidéo entrelacée habituelle en format progressif en utilisant un logiciel informatique.
En 2007 Canon a banalisé le balayage progressif, en sortant le camescope HV20. La version pour le marché 50Hz proposait le mode PF25 avec enregistrement PsF-like, alors que la version pour le marché 60Hz avait le mode PF24, qui utilisait le schéma 2-3 pulldown. Une vidéo à balayage progressif enregistrée avec le HV20 n'intègre pas les drapeaux nécessaires à l’exécution automatique du désentrelacement type "films", ce qui explique pourquoi la plupart des outils d'édition traitent une telle vidéo comme entrelacée. Le HV30, sorti en 2008, proposait le mode supplémentaire PF30 PsF-like pour les marchés 60Hz. La sortie est réalisée par via Composante, HDMI et FireWire sous forme entrelacée.
Le balayage progressif vidéo doit être correctement désentrelacé pour atteindre la résolution verticale complète et éviter des artefacts d'entrelacement. Les vidéos 25P et 30P doivent être désentrelacées avec un algorithme "pas de désentrelacement", ce qui signifie joindre les deux champs de chaque trame en une seule image progressive. Cette opération peut se faire dans la plupart des outils d'édition simplement en changeant les propriétés du projet de "Entrelacée" à "Progressive". La vidéo 24P doit passer par le désentrelacement mode film également connu comme télécinéma inverse, ce qui élimine les saccades et restaure la vidéo originale 24 images/s progressive. De nombreux outils d'édition ne peuvent pas effectuer un tel désentrelacement en mode film, ce qui nécessite l'utilisation d'un convertisseur séparé.

HDV 1080p

La spécification originale 1080 lignes HDV définissait seulement l'enregistrement entrelacé, ce qui est approprié pour la télédiffusion. Comme les utilisateurs sont devenus de plus en plus intéressés par le cinéma numérique et les vidéos web, l’enregistrement progressif est devenu une nécessité. En réponse à ce besoin, la capacité d'enregistrement progressif natif a été ajoutée à la spécification HDV 1080i. Les modes d'enregistrement progressif sont en option pour les appareils HDV 1080i, ce qui signifie que tout camescope ou platine HDV 1080i n'est pas nécessairement capable d'enregistrer ou de lire de la vidéo progressive native. Du fait que la spécification HDV 1080i inclut maintenant les deux modes d'enregistrement entrelacé et progressif, dans les publications récentes, ce mode est souvent appelé HDV 1080 ou HDV 1080 lignes, mais le nom officiel porte encore le suffixe "i".
Les camescopes HDV offrant de la vidéo progressive 1080 lignes native l'enregistrent à des taux de 23,98 images/s (communément appelé «24p») et 29.97 images/s ("30p") pour les marchés 60Hz et à 25 images/s ("25p") pour les marchés 50Hz. La vidéo est sortie sous forme de véritable vidéo progressive via un connecteur i.LINK/Firewire. La sortie via d'autres ports est effectuée en mode entrelacé pour préserver la compatibilité avec les équipements existants entrelacés.
Le premier camescope HDV 1080 lignes à offrir l’enregistrement au format progressif natif a été le Canon XL H1, introduit en 2006. Il a été suivi par le XH-G1 et le XH-A1. Lorsque vous filmez en mode progressif, également connu sous le nom mode Image, ces camescopes génèrent une vidéo progressive à partir de capteurs CCD entrelacés. En raison de la sommation des lignes paires, la résolution verticale de la vidéo progressive est de 10% à 25% inférieure à la résolution de la vidéo entrelacée.
En 2008, Sony a sorti ses propres modèles capables d'enregistrement progressif natif : le HVR-S270, le HVR-Z7 et le HVR-Z5. Sony a souligné que les modèles gèrent le signal entièrement en mode progressif tout au long de la capture à l’encodage, à l’enregistrement sur bande et à la sortie. Sony a conçu le logo Enregistrement Progressif Natif pour les dispositifs qui sont capables d’enregistrement et de lecture en mode progressif natif.
En 2009, Canon a sorti le camescope HDV HV40. Sa variante 60Hz, portant une bien visible marque Progressif natif 24p, est devenu le premier modèle de HDV grand public à offrir l’enregistrement progressif natif à 24 images/s. Comme les modèles Sony sus-mentionnés, le HV40 utilise un vrai capteur à balayage progressif.
Malgré les différences liées à la marque, les modes progressifs natifs offerts par Canon et Sony sont entièrement compatibles, les deux sociétés adhérant aux spécifications HDV pour l'enregistrement vidéo 1080p natif. D'autres dispositifs HDV capable de lecture et d'enregistrement au format 1080 lignes progressif natif incluent les magnétoscopes HDV Sony HVR-M15AU, HVR-25AU, HVR-M15AE, HVR-25AE et HVR-M35, et les camescopes Canon HV20/HV30 60Hz lorsqu'ils sont utilisés en mode magnétoscope.

Compatibilité

En règle générale, les périphériques HDV sont capables de lire et d'enregistrer au format DV, bien que cela ne soit pas requis par la spécification HDV. De nombreux appareils HDV fabriqués par Sony sont capables de lire et d’enregistrer au format DVCAM. Les périphériques 1080 lignes ne sont généralement pas compatibles avec les appareils 720 lignes, bien que certains lecteurs de bandes autonomes acceptent les deux versions HDV. Les appareils qui peuvent lire et enregistrer la vidéo 1080p native peuvent lire et enregistrer de la vidéo 1080i native, mais l’inverse n’est pas toujours vrai.
Les camescopes HDV sont généralement proposés avec une fréquence de balayage de 50Hz ou de 60Hz en fonction de la région. Certains modèles, comme les modèles Canon XH-A1/G1 et Sony de troisième génération tels que HVR-S270, HVR-Z5 et HVR-Z7, peuvent être commutés pour une compatibilité mondiale. Certains produits ProHD JVC comme le GY-HD200UB et GY-HD250U sont compatibles monde d'origine.
HDV est étroitement liée à XDCAM et aux familles de formats d'enregistrement TOD, qui utilisent le même encodage vidéo : MPEG-2. En particulier, HDV 720p est équivalent au mode d'enregistrement XDCAM EX à 19 Mbit/s utilisé dans les camescopes JVC ProHD sans cassette, tandis que HDV 1080i est équivalent au mode d'enregistrement XDCAM HD à 25 Mbit/s et au mode d'enregistrement 1440CBR TOD.

Supports d'enregistrement

Le consortium HDV autorise l'utilisation des marques HDV uniquement pour les produits qui intègrent un lecteur de bande qui peut enregistrer et lire des cassettes vidéo conformes au format HDV. Par conséquent, HDV reste un format dédié aux bandes. Diverses solutions pour l'enregistrement vidéo HDV sans bande disponibles sur le marché ne sont pas couvertes par la spécification HDV.

La bande magnétique

La plupart des camescopes HDV utilisent des "petites" cassettes DV également connues sous le nom de cassettes MiniDV. Le camescope d'épaule Sony HVR-S270 est capable d'enregistrer à la fois sur "petites" et "grandes" cassettes. Parce que HDV a le même débit de données DV, la durée d'enregistrement est la même que DV Standard Play. Contrairement à DV, HDV ne propose pas de vitesse de lecture longue.
Une cassette MiniDV standard fournit une heure d'enregistrement. En utilisant des cassettes avec de la bande plus longue et plus mince, il est possible d'enregistrer jusqu'à 80 minutes sur une cassette MiniDV, bien que l'utilisation de cette bande ne soit pas recommandée. Une grande cassette DV chargée avec plus de bande peut fournir jusqu'à 4,5 heures de temps d'enregistrement.
Les fabricants de bandes offrent également des cassettes MiniDV spécifiquement pour l'enregistrement HDV. Ces cassettes utilisent la même formule métal Evaporé (ME) que les cassettes DV normales, mais sont censées réduire le taux de drop vidéo par rapport aux cassettes DV standard. L'utilisation de ces cassettes n'est pas requise par la spécification HDV.

Médias basés sur des fichiers

Depuis que HDV a été introduit, des formats d'enregistrement vidéo sans bande - ou sous forme de fichiers - tels que DVCPRO P2 , XDCAM et AVCHD ont acquis une large approbation. La tendance vers des flux de travail sans bande s'est accélérée avec une capacité accrue et une réduction du coût des médias non-linéaires comme les disques durs (DD), les disques optiques et la mémoire SSD.
Reconnaissant la nécessité de flux de travail plus rapides, JVC, Sony et d'autres fabricants proposent des unités d'enregistrement intégrées à la caméra, qui convertissent un camescope HDV en un système hybride capable d'enregistrer à la fois sur bande et sur des supports à base de fichiers. Ces enregistreurs se connectent à un camescope via Firewire et ne recompressent pas la vidéo HDV, offrant exactement la même qualité d'image que si la vidéo était enregistrée sur bande.
JVC propose deux enregistreurs FireStore fabriqués par Focus Enhancements : le DR-HD100 avec disque dur et les enregistreurs intégrés à la caméra MR-HD100; JVC offre également l'enregistreur KA-MR100G à base de mémoire Flash SxS (Side-By-Side). Canon propose les modèles Pro FS-CF et FS-CF de Focus Enhancements, qui enregistrent sur cartes mémoire CompactFlash. Sony propose les enregistreurs HVR-DR60 à disque dur et HVR-MRC1K à base de CompactFlash.
La durée d'enregistrement dépend de la capacité des médias utilisés. En particulier, une carte de 32 Go CompactFlash est suffisante pour 72 minutes de vidéo HDV. Le HVR-DR60 peut accepter plus de deux heures de vidéo haute définition, tandis que les modèles FireStore avec disque dur 100 Go peuvent stocker près de quatre heures d'enregistrement. Les enregistreurs basés sur des fichiers sont inestimables pour l'enregistrement continu d'une durée supérieure à une heure.

Utilisation en télé-diffusion

HDV est acceptée pour une utilisation en télé-diffusion, avec différentes restrictions.
Discovery Channel a choisi les ordinateurs de poche HDV pour filmer Deadliest Catch en dépit de leur sensibilité réduite à la lumière et une grande profondeur de champ, parce que de petites caméras étaient préférables pour la sécurité de l’équipe et ils ont détruit plusieurs douzaines de caméras par série. Des camescopes HDV ont également été utilisés pour le tournage MythBusters.
En février 2009 ITV News a acheté 68 camescopes de poche Sony HVR-Z5E pour ses journalistes multi-compétences. Les camescopes, équipés de zooms non amovibles 20x et d'enregistreurs sur CompactFlash, sont devenus populaires parmi les journalistes sans formation d'opérateurs caméra.  
Dans la série télévisée JAG réalisée pour CBS, des camescopes HDV portables ont été utilisés pour les scènes où l'utilisation de grosses caméras HD aurait été impossible.
La BBC ne prend pas HDV en considération pour répondre aux normes de diffusion HD, donc l'acceptabilité des images HDV pour la programmation HD est limitée à 25% de la durée totale du programme.
Le Discovery HD Theater accepte du contenu provenant de camescopes HDV 1080 lignes, mais le limite à 15% d'un programme. Les producteurs qui souhaitent utiliser HDV sont tenus de présenter un chemin de postproduction approuvé décrivant leur manipulation de la séquence dans le processus d'édition. La diffusion simultanée Discovery Channel HD a moins ou pas de ligne directrice et accepte un mélange de XDCAM HD, HDV et AVCHD pour la durée d'un programme. Par exemple, Discovery Channel a diffusé 911: Le Bronx, une série de réalité de six épisodes située dans un hôpital et tournée avec des caméras HDV. Plusieurs épisodes de Survivorman ont été filmés avec les camescopes Sony HVR-Z1U et HDR-HC3.
Le Discovery Channel International utilise un système de notation qui définit les niveaux Or, Argent et Bronze d'acquisition et de sortie. En fonction de certains fabricants et modèles de caméra et de processus de post-production, HDV peut être classé comme HD Argent, HD Bronze ou SD écran large. En particulier, certains utilisateurs considèrent que les camescopes Canon HDV offrent la meilleure apparence d'image avec le minimum d'artefacts de compression parmi les modèles utilisant le codec MPEG-2 HD à 25 Mbits/s.
Le PBS accepte HDV pour l’acquisition de programmes grand écran et dans une certaine mesure pour une utilisation dans des programmes HD. PBS peut autoriser l’utilisation ‘d'équipement de qualité inférieure à Full Broadcast’ si des artefacts de compression ne sont "pas évidents lors de l'affichage sur un écran HDTV". Par exemple, la série TV 'Travels to the Edge' de Art Wolfe a été produite pour PBS au format HDV en utilisant les camescopes Canon XL-H1.
Le Travel Channel HD accepte avec empressement HDV. Par exemple, les camescopes HDV Sony ont été utilisés pour la production du très acclamé programme No Reservations de Anthony Bourdain, entre autres caméras. Bizarre Foods with Andrew Zimmern et son suivi Bizarre World sont également tournés avec des caméras HDV Sony. Madventures a été tourné avec la caméra Sony EX1 XDCAM EX jumelée avec le camescope HDV Sony HVR-A1U.
Current TV a utilisé des camescopes HDV Sony pour filmer des épisodes de la série TV Vanguard.
Guiding Light, le plus long feuilleton de l’histoire de la production télé et radio, se sépara des traditionnels ensembles de caméras sur pied sur trois côtés en 2008, en choisissant l'ordinateur de poche Canon XH-G1 pour filmer à partir d'emplacements pratiques.

Montage

Parce que la vidéo HDV est enregistrée sous forme numérique, le contenu original peut être copié sur une autre cassette ou capturé par un ordinateur pour une édition sans dégradation de la qualité. Selon le logiciel de capture et le système de fichiers de l' ordinateur, soit toute une bande est capturée en un seul fichier continu, soit la vidéo est divisée en plus petits segments de 4 Go ou 2 Go, ou un fichier séparé est créé pour chaque prise. La façon dont les fichiers sont nommés dépend du logiciel de capture. Certains systèmes convertissent la vidéo HDV en format intermédiaire propriétaire à la volée lors de la capture, de fait le format original n’est pas conservé.
HDV peut être édité directement par la plupart des éditeurs non linéaires, avec possibilité de lecture en temps réel sur les ordinateurs personnels traditionnels modernes. Les ordinateurs plus lents peuvent présenter une performance réduite par rapport à d’autres formats tels que DV en raison de la haute résolution et de la compression intertrame de la vidéo HDV.
La performance d'édition peut être améliorée par la conversion de HDV en format intermédiaire avant l'édition. Ceci inclut divers produits Cineform, HQ Edius, Avid DNxHD , Apple Intermediate Codec et Apple ProRes 422, entre autres. L'utilisation d'un codec intermédiaire ajoute une génération de plus à la vidéo, en dégradant potentiellement sa qualité. D'un autre côté, un codec intermédiaire peut réduire les effets de blocs et fixer d'autres anomalies dans la vidéo originale, telles que l'entrelacement chromatique dans les enregistrements progressifs.
Selon le système de montage non linéaire (NLE), il est possible de minimiser les pertes dues aux générations en modifiant la vidéo HDV native en utilisant des coupes directes seulement, sans effets, avec un rendu en HDV. Jusqu'à 15 images par coupe peuvent être ré-encodées en raison de la nature longue des "GOP" (Group Of Pictures) de la vidéo HDV.

Distribution

La vidéo HDV peut être enregistrée ou imprimée sur bande. Ces bandes sont souvent acceptées par les stations de télévision locales, bien que de nombreuses organisations préfèrent que les enregistrements soient livrés en format haut de gamme comme Digital Betacam, HDCAM ou D5 HD. Il est également possible d'enregistrer en fichier M2TS sur tous les médias offrant une capacité suffisante, comme un DVD, un lecteur de disque dur externe ou une carte mémoire.
Pour une utilisation Grand Public, une vidéo de source HDV peut être livrée sur un disque Blu-ray sans ré-encodage, peut être convertie en AVCHD et livrée sur un disque AVCHD, ou peut être trancodée vers un DVD-Vidéo.

Produits

Canon

Canon est entré sur le marché du HDV en Septembre 2005, avec le Canon XL H1 , un système de caméra modulaire orienté professionnel avec des objectifs interchangeables, sortie HD-SDI, et trois capteurs CCDs 1/3" 1440 x 1080. Ce fut le premier camescope HDV à permettre l'enregistrement progressif natif 1080 lignes.
En Juillet 2006, Canon a annoncé les modèles portables XH A1/XH G1, qui utilisent le même capteur que le XL-H1. Les deux modèles partagent le même corps et la plupart des fonctionnalités, avec le XH G1 orienté vers la production professionnelle multi-caméras et proposant les connexions pour les sorties HD-SDI / SD-SDI, Genlock et TimeCode.
Plus tard la même année, Canon a présenté le Canon HV10 orienté consommateur, une unité compacte avec un seul capteur CMOS de 2,76 mégapixels. La caméra enregistrait de la vidéo entrelacée seulement.
En Avril 2007, Canon a sorti le HV20 qui utilisait le même capteur et le même processeur interne que le HV10, avait un objectif plus grand et un aspect plus classique. Ce fut le premier camescope HDV grand public à proposer des modes de prise de vue progressive en plus de l'enregistrement entrelacé natif. La vidéo à balayage progressif était enregistrée dans un conteneur entrelacé pour rester compatible avec les suites logicielles d'édition Grand Public. La version pour le marché 50Hz offrait le mode PF25, qui utilisait la technique de la trame segmentée progressive, tandis que la variante 60Hz offrait un mode PF24, qui utilisait un schéma 2-3 pulldown.
Le HV30, sorti en 2008, était une mise à jour mineure du HV20. La couleur du corps est passée de l'argent au noir, l'écran LCD a été amélioré, et la variante 60Hz proposait le mode PF30 PsF-like.
En 2009, Canon a sorti le HV40. Sa variante 50Hz était pratiquement identique au modèle HV30, tandis que la variante 60Hz est devenu le premier camescope HDV grand public capable d'enregistrement natif progressif à 24 images/s.

JVC

En 2003, JVC a présenté le premier camescope HDV - le portable GR-HD1. Le camescope offrait le mode d'enregistrement DV standard, HDV 720p30 et HDV 480p60. Les modes HDV utilisaient l'ancien standard Rec. 601 pour l'espace de couleur, plutôt que le nouveau standard Rec. 709 destiné à la vidéo haute définition. L'enregistreur du GR-HD1 utilise un seul capteur CCD 1/3" au lieu d'une configuration 3 CCD, un autre choix inhabituel décourageant l’utilisateur professionnel. Le GR-HD1 n'était pas populaire aussi bien sur le marché Grand Public que semi-professionnel et JVC a ensuite fait évoluer son développement HDV vers des caméras d'épaule professionnelles.
Le camescope d'épaule GY-HD100 est présenté en 2005 et propose le système d'imagerie 3CCD avec une résolution native 720p, objectifs interchangeables et enregistrement 24 images/s. En raison de cette dernière caractéristique, ce camescope est devenu populaire pour le tournage de films numériques. La version mise à jour, GY-HD110, offre plusieurs mises à jour et effets de partage écran présents sur certaines caméras GY-HD100.
Le GY-HD200, sorti plus tard, offrait l'enregistrement 50p/60p, un convertisseur 720p vers 1080i et une batterie professionnelle Anton Bauer avec monture.
En 2006, JVC a présenté le GY-HD250, qui simplifiait l'enregistrement multi-caméra en fournissant un genlock (générateur de signaux de synchronisation) et le TimeCode en entrée/sortie. Les sorties HD/SD-SDI permettaient l'enregistrement de vidéos non compressées.
En 2008, la modification "B" du GY-HD200 a été présentée, permettant l'enregistrement en direct d'un signal 720p ou 1080i sur un enregistreur externe sans cassette. L'enregistrement sur bande était encore effectué en mode 720p uniquement.

Sharp

Sharp est le seul membre du Consortium HDV qui n'a pas produit de camescope ou de magnétoscope HDV. Le plus loin que Sharp soit jamais allé dans le soutien du standard HDV est le lecteur vidéo numérique AQUOS DV-ACV52. Le lecteur prend en charge la vidéo HDV, bien qu'il n'ait pas de lecteur de bande. Au lieu de cela, il permet la lecture et la copie de vidéo DV/HDV à partir d'un camescope connecté au lecteur via un port FireWire.

Sony

Sony se spécialise dans l'équipement HDV 1080i et fabrique des produits pour les marchés 60Hz et 50Hz. Traditionnellement, Sony utilise les suffixes "E" et "P" pour identifier les modèles 50Hz, et le suffixe "U" ou pas de suffixe du tout pour identifier les modèles 60Hz. Les modèles ci-dessous sont spécifiés sans suffixe.
En Septembre 2004 Sony a sorti le premier camescope HDV 1080i, le HDR-FX1 . Sa version professionnelle, le HVR-Z1, s'accompagne d'entrées audio XLR et de 44 fonctionnalités supplémentaires. Plus particulièrement, le HVR-Z1 était commutable entre balayages 50 et 60Hz pour répondre aux différentes vitesses de balayage utilisées sur différents marchés.
Au milieu de l’année 2005, Sony a sorti son premier modèle HDV Grand Public, le HDR-HC1, qui avait un capteur CMOS unique, un système de stabilisation électronique et était capable d'enregistrer en mode 1080i DV et HDV. Sa version professionnelle, le HVR-A1, apportait une deuxième griffe porte-accessoire à la place du flash, des entrées audio XLR, des options d'enregistrement supplémentaires, un plus grand œilleton et un plus grand pare-soleil.
En 2006, Sony a remplacé le HDR-HC1 par le HDR-HC3 plus petit et moins cher, qui présentait une puce CMOS encore améliorée, mais perdait certaines caractéristiques de son prédécesseur. Le HDR-HC3 a été remplacé par le HDR-HC5 qui utilisait la même puce CMOS que le HDR-HC3, et offrait une option d'enregistrement dans l'espace couleur xvYCC. Le modèle de remplacement, le HDR-HC7 est sorti avec un capteur CMOS à plus grand nombre de pixels et avec une entrée microphone. Comme le HDR-HC5, le HDR-HC7 pouvait également enregistrer en xvYCC. En 2008, le HDR-HC7 a été remplacé par le HDR-HC9.
En 2006, Sony a ajouté deux nouveaux modèles à sa gamme HDV haut de gamme : le HDR-FX7 pour "amateur avancé" et son cousin professionnel, le HVR-V1. Les capteurs CMOS à balayage progressif de ces modèles ont une résolution verticale de 1080 lignes. Le HDR-FX7 enregistre de la vidéo entrelacée uniquement, tandis que le HVR-V1 offre le choix de la prise de vue vidéo entrelacée ou progressive. La vidéo progressive est convertie en entrelacée en utilisant la technique "pulldown" pour l'enregistrement sur bande.
En Août 2007, Sony a présenté la version d'épaule du HDR-HC7, le HVR-HD1000.
En Novembre 2007, Sony a annoncé le camescope de poche HVR-Z7 et la caméra d'épaule HVR-S270. Les deux utilisent les mêmes tri-capteurs 1/3" CMOS ClearVid et atteignent une sensibilité à la lumière similaire à celle du vénérable DSR-PD170, tout en offrant l'enregistrement HDV en entrelacé natif, le balayage progressif natif et les modes progressifs natifs. Le Z7 dispose de 2 entrées XLR audio et une sortie HDMI tandis que le S270 dispose de 4 entrées XLR et dispose d'une sortie HD-SDI. Actuellement, le HVR-S270 est le seul camescope HDV capable d'enregistrer sur cassettes DV pleine taille.
En 2008, le HDR-FX1 et HVR-Z1 ont été remplacés par le HDR-FX1000 et le HVR-Z5, respectivement. Les principaux changements comprennent l'utilisation de capteurs CMOS au lieu de CCD, et l'enregistrement progressif. Le FX1000 enregistre la vidéo à balayage progressif en utilisant la technique "pulldown", tandis que HVR-Z5 propose l’enregistrement progressif natif.
En Novembre 2008 Sony redémarra la production du camescope HDR-FX7, qui avait été arrêté un an plus tôt. Proposé pour près de la moitié du prix initial, le HDR-FX7 a comblé l'écart entre le HDR-HC9 et FX1000.
En été 2009 Sony arrêta le HDR-HC9 sur le marché nord-américain, mais relança ses ventes au printemps 2010, cette fois la publicité le présentait non comme un camescope HDV, mais comme un camescope MiniDV HD. MiniDV HD n'a jamais été présenté officiellement comme un nom alternatif pour HDV. L'autre standard d'enregistrement HD concurrent qui utilise des cassettes DV est DVCPROHD. Au printemps 2011, le HDR-HC9 n'est plus disponible à l'achat depuis la boutique en ligne nord-américaine de Sony.

Avenir du HDV

JVC a sorti son dernier camescope HDV - le GY-HD250 - en 2006. En Septembre 2011 , ce modèle a été abandonné sur le marché américain. La modification "B" de l'ancien GY-HD200 est sortie en 2008 et a pris fin en Novembre 2009. Le dernier camescope HDV par Canon - le HV40 - a été sorti en 2009, mais il succédait au HV20 développé en 2007, et a été supprimé de la production en 2011, bien que les stocks aient duré jusqu'en 2012. le dernier modèle HDV Sony Grand Public est le HDR-HC9, sorti en 2008 et abandonné sur le marché nord-américain en 2011. 2008 a également été l'année où Sony a présenté les derniers camescopes HDV "amateur avancé" et professionnels, à savoir le HDR-FX1000 et le HVR -z5.
Les trois principaux fabricants de matériel HDV - JVC, Canon et Sony - ont investi massivement dans le développement du système de compression vidéo MPEG-2 et continuent de s'appuyer sur lui dans leurs lignes de camescopes professionnels sans cassette : XDCAM HD (Sony), XDCAM EX (Sony et JVC), XDCAM HD422 (Sony), XF Codec (Canon). Dans le même temps, Sony et Canon ont rejoint Panasonic dans le marketing du format d'enregistrement AVCHD, qui revendique une qualité visuelle similaire à HDV à la moitié du débit de données. Les camescopes haute définition Grand Public diffusés par ces sociétés depuis 2009 utilisent le format AVCHD.
Les analystes du secteur ne prévoient pas de nouveaux produits HDV, mais croient que les fabricants continueront de soutenir HDV pour leurs utilisateurs existants, en même temps qu'ils négocient la transition vers le flux de travail à base de fichier.

 

Spécifications

Nom de format HDV 720p HDV 1080i
Médias "Petite" ou "Grande" cassette DV
Vidéo
Rapport d'aspect Trame 16x9
Taille de l'image en pixels 1280 × 720 1440 × 1080
Rapport de taille Pixel dix 1,33
Type de numérisation progressive entrelacé progressive (en option)
Signal vidéo 720p / 60, 720p / 30, 720p / 24, 720p / 50, 720p / 25, 1080i / 30 (29.97), 1080i / 25 1080p / 30 (29.97), 1080p / 24 (23,98), 1080p / 25
Compression vidéo MPEG2 Video (profil et niveau: MP @ H-14 / HL) MPEG2 Video (profil et niveau: MP @ H-14)
Fréquence d'échantillonnage pour la luminance 74.25 MHz 55.6875 MHz
Format d'échantillonnage Chroma 4: 2: 0
Quantification 8 bits ( à la fois de luminance et de chrominance )
taux de débit du flux vidéo comprimé ~ 18,3 Mbit / s ~ 25 Mbit / s
Audio
Compression MPEG-1 Audio Layer II , PCM MPEG-1 Audio Layer II
Fréquence d'échantillonnage 48 kHz
Quantification 16 bits
Modes audio et débit de données MPEG-1 Partie 3 AL 2 stéréo (2 canaux) à 384 kbit / s (192 kbit / s par canal);
option MPEG-2 Partie 3 AL 2 à 4 canaux à 96 kbit / s par canal.
Système
Type de flux Flux de transport MPEG (MPEG-TS)
Type d'interface IEEE 1394 en mode alpha (également appelé FireWire 400 ou i. LINK)
Extension de fichier .m2t (en général)

 

 


Film Argentique bobine projecteur Cassette Vidéo magnétoscope Transfert format professionnel Transfert Audio Transfert Photo Transfert Mémoires Récupération de cassette vidéos Numérisation de documents

Divers 4K, UHD, HD, SD...